3d_view
point_vue
bon
MARC ALMOND & GUEST
Samedi 30 Mars 2019 à 18h30

Peter Mark Sinclair Almond, dit Marc Almond, est né le 9 juillet 1957 à South Port au nord ouest de l'Angleterre, d'un père lieutenant dans l'armée royale britannique. Durant son enfance, qu'il passe en grande partie chez ses grands-parents, il souffre de problèmes respiratoires et, solitaire, nourrit sa sensibilité artistique. 

Il étudie les Beaux-Arts à Leeds et écoute la radio dont, bien sur, les Peel Sessions de la BBC, qui lui font découvrir Marc Bolan. C'est le choc. Il voue dès lors une dévotion sans borne au chanteur de T-Rex, change pour cela son nom en Marc (avec un C) et décide inpetto qu'il sera chanteur. Il s'intéresse également à la chanson française et travaille son identité artistique en s'inspirant de shows à l'esprit cabaret. 

Il lui faudra attendre de partir vivre à Londres, se fondre dans la vie nocturne de la capitale, et d'y rencontrer David Ball, avec qui il forme le duo Soft Cell en 1979, pour trouver la gloire. La gloire mondiale. En effet, après leur signature chez Some Bizzare (label dénicheur de nombreux talents pop new-wave), ils enregistrent le titre qui va faire d'eux des stars « Tainted Love ».

Ce tube légendaire, nouvelle version d'un titre de Gloria Jones (petite amie de Marc Bolan...), et l'album Non-Stop Erotic Cabaret, battent tous les records de ventes et de classements de l'époque. La chanson sera reprise jusque trois décennies plus tard. Ce succès permet à Marc Almond de jouer la carte provocation sans complexe, avec un savoureux mélange de codes à l'efficacité prouvée : sexe, drogue et imagerie SM, reflétés dans des clips et des paroles sans équivoques. Pourtant après trois albums, Soft Cell se démembre, pour cause de divergences artistiques.

Avec son groupe suivant, Marc and the Mambas, Almond s'immisce dans la world, la musique latine et le flamenco. Puis, il endosse le costume de crooner et revient à ses amours francophones en replongeant dans les oeuvres de grands artistes français qu'il adule depuis toujours, Jacques Brel en tête (il publie un album entier de reprises en 1989, simplement intitulé Jacques, pour lui rendre hommage) mais aussi Edith Piaf, Charles Aznavour ou Juliette Gréco. Il contribue à faire connaitre leur répertoire outre-Manche, car il met un point d'honneur à soigner leur adaptation en anglais.

Sa carrière en solo, toujours inspirée, navigue dans différents territoires de la pop anglaise. Il signe un autre tube en 1988 en ré-enregistrant « Something's Gotten Hold of My Heart », duo avec Gene Pitney qui figure sur l'album The Stars We Are, classé dans les charts mondiaux. Il signe quelques albums d'électro-pop marquants au long des années 1990 (Enchanted, The Tenement Symphony) même s'il ne décroche plus de tubes mondiaux.

Il sera en retrouver sur la scène du Trianon pour un concert très spécial le samedi 30 mars.

Mentions légales Plan du site